ACTUALITÉS

Mali : Projets d’infrastructures au Mali : Où en sommes-nous avec tous ces grands chantiers ?

Dans l’élan de la relance économique, le gouvernement malien a mis le cap sur de grands travaux d’infrastructures économiques. Quelque quatre années après, il paraît judicieux de porter un regard sur l’évolution de ces chantiers.

autoroute-segou.jpg

En effet, depuis 2013, le Mali est à nouveau en chantier, et principalement dans le district de Bamako. Plusieurs projets et programmes financés par l’Etat malien et ses partenaires au développement donnent une nouvelle allure à son paysage économique. Et de nombreux observateurs, aussi bien locaux qu’étrangers, louent ces performances réalisées dans un tel laps de temps. «Mali is back», a-t-on souvent entendu, suite aux bons indicateurs macro-économiques. Ce sont les investissements publics dans les infrastructures qui ont stimulé le taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) à hauteur de 4,2% en 2014 et 6,5% en 2016. Et le taux d’investissement a atteint les 11,5% du PIB en 2016, après le niveau de 8,7% en 2013. Au titre des réalisations, on remarque la construction des caniveaux, la réfection des voies urbaines, le bitumage des voies dans les régions… Des chantiers d’infrastructures qui méritent d’être passés au scanner. Certains avancent à un rythme convenable tandis que d’autres connaissent des couacs dans leur exécution.

Route Bamako-Ségou : livré sans être inauguré

La construction de la route Ségou-Bamako est l’un des plus vieux chantiers de l’Etat. Initié sous l’ancien régime, cet édifice public a connu d’énormes difficultés dans sa mise en œuvre. Le partenaire chinois en charge de la construction de cette voie a toujours indiqué que le projet sera un chef d’œuvre. Mais de l’autre côté, les choses ont vraiment piétiné du point de vue technique. Ce qui a valu de nombreuses critiques sur les compétences de l’entreprise chinoise, qui a remporté le marché. Suite à de nombreuses plaintes des populations et au constat sur la dégradation de la route Bamako-Ségou bien avant sa réception définitive, la Commission des Travaux Publics, des Transports et de l’Habitat de l’Assemblée nationale avec à sa tête l’ex président de cette commission, l’honorable Yacouba Traoré y a effectué, une mission conjointe avec des représentants du ministère de l’Equipement, des Transports et du Désenclavement, du groupement de bureaux de contrôle Cira-GIC et les représentants de l’entreprise chinoise chargée d’exécuter les travaux. Le constat est on ne peut plus clair : des imperfections çà et là et de nombreuses insuffisances techniques dans l’exécution des travaux. De même, l’on se demande si cet ouvrage est réellement achevé. En somme, cette route, ne présente guère l’éclat d’un édifice neuf.

Route-Bamako-Segou.png

 

Route Koulikoro-Bamako

Contrairement à la route de Ségou, la construction de la route de Koulikoro, évolue à un rythme raisonnable, et même accéléré par endroits. En effet le samedi 31 octobre 2015 a eu lieu le lancement des travaux de réhabilitation de cette voie ainsi que celui du pont de Kayo sur le Niger qui va relier la région de Méguetan à celui des Balanzan. Le chef de l’Etat a personnellement effectué le déplacement pour lancer les travaux à Kayo localité située à 5kms de Koulikoro.
La route 2×2 Bamako-Koulikoro et le pont de Kayo long de 960 mètres s’élèvent à 84.262.769.705 FCFA. Le premier projet est distant de 45 kilomètres (Km) d’un coût total de 47.285.393.460 milliards Fcfa sur financement du Trésor public pour une durée de 30 mois. Quant au projet du pont de Kayo sur le fleuve Niger, il coutera la somme de 36.997.375.745FCFA pour un délai d’exécution de 30 mois, avec une longueur totale de 960 mètres. A noter que le projet est financé par le budget national à hauteur de 1,15%, les banques commerciales 89,40% et la Boad 9,45%. A quelque quatre mois de l’échéance, le constat sur le terrain est tout simplement remarquable quant à la célérité des opérations. En effet, le français Satom, qui détient 47,04% de la concession, jouit d’une grande notoriété en matière de réalisation des gros ouvrages publics. Quant à la partie chinoise qui a en charge la construction du pont de Kayo, les travaux sont réalisés déjà à 801%. Ces deux sociétés en charge de ce projet d’infrastructures connexes, démontrent leur expertise dans la conception et la réalisation de plusieurs édifices publics. Hormis la technicité déployée, les Maliens attendent de voir si ces deux opérateurs seront capables de tenir leurs promesses. Notamment celle de livrer le projet à la date indiquée.

12122872_1088137371205754_6509797841578928665_n.jpg

Après le lancement officiel des travaux de construction et de bitumage de la route Banconi-Dialakorodji-Safo-Dabani-Nossombougou par le président IBK dans le cadre de la réalisation de cinq (5) projets routiers prioritaires dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso et Ségou, le ministre de l’Equipement et du Désenclavement, Mme Traoré Seynabou Diop poursuit les autres étapes depuis le samedi 6 mai dernier. Cette série de lancement de travaux prendra fin le 15 mai prochain par Baraouéli. Ces investissements visent à « résorber les contraintes et goulots d’étranglement, permettant ainsi à l’économie malienne de devenir plus compétitive, plus intégrée, et plus résiliente. »

Le pont de Kayes pour la renaissance

La nouvelle année commence bien pour les populations de la ville Kayes qui attendaient avec impatience, depuis novembre dernier, le démarrage du chantier du 2è pont de leur ville. En effet, c’est le gouverneur de la 1ère Région, Babahamane Maïga, qui a lui-même remis officiellement le site de ce pont aux entreprises Somafrec et Covec, chargées respectivement des travaux de construction de l’ouvrage et de ses voies d’accès.

D’une longueur de 532,65 mètres et large de 26 mètres, ce nouveau pont va relier Kayes N’Di à Kayes. La ville de Kayes est située sur la rive gauche du fleuve Sénégal et Kayes N’Di sur la rive droite de ce cours d’eau qui prend sa source en Guinée. Le coût des travaux se chiffre à 60 milliards de Fcfa. L’entreprise chinoise Covec va construire 5 voies d’accès à Kayes et à Kayes N’Di. L’une de ces voies d’accès sera réservée aux gros porteurs et une autre aux autres engins à Kayes N’Di. Ce nouveau joyau va rendre la circulation fluide et soulager les usagers.

Le trafic est trop dense pour le premier pont qui a aussi besoin d’une retouche. Beaucoup de marchandises venant de Dakar (Sénégal) passent par Kayes. Les travaux qui avancent bon gré malgré, permettra d’amoindrir la souffrance des populations de Kayes et surtout des transporteurs.

Les Bamakois attendent toujours l’eau de Kabala

Les travaux d’adduction d’eau de la ville de Kabala pour ravitailler la partie sud de Bamako sont en cours. L’objectif est simplement de combler le déficit en eau potable des populations bamakoises, estimé à 150.000 mètres cubes par jour. Rappelons que les besoins sont évalués à 500.000 mètres cubes d’eau, alors qu’il n’y a que 350.000 mètres cubes disponibles. D’où l’urgence de ce projet d’intérêt socio-économique et sanitaire. Fournir de l’eau potable au plus grand nombre de nos concitoyens reste l’une des préoccupations majeures des pouvoirs publics.

Ce souci a prévalu à l’organisation de la table-ronde des bailleurs de fonds pour le financement de la deuxième tranche du projet d’alimentation de la ville de Bamako en eau potable à partir de la localité de Kabala.
Cette table-ronde survient huit mois après des échanges fructueux sur l’état d’avancement de la première phase du projet et les perspectives de développement à travers le schéma directeur d’alimentation en eau potable de la capitale jusqu’en 2032. 172 milliards de fcfa, c’est le montant de la phase 2 du projet.

Car au défi de l’accès à l’eau potable s’ajoute la question connexe de l’assainissement. Le schéma directeur d’assainissement de la ville de Bamako doit ainsi être finalisé dans les mois prochains. La seconde phase du projet devra prendre en compte cette question, a indiqué la représentante des PTF qui a aussi estimé que la pérennité du projet dans sa globalité oblige à aborder la révision des tarifs et l’articulation institutionnelle de toutes les parties prenantes avec notamment la question de la prise en charge des coûts d’assainissement.

La phase 1 étant terminée et opérationnelle, malgré cela les populations bamakoises continuent de vivre un calvaire avec des coupures incessantes et l’absence totale d’eau dans diverses localités. Raison pour laquelle ces Maliens restent le regard tourné vers la phase 2 de ce projet.

Elle devra fournir, à terme, près de 80.000 mètres cubes d’eau par jour. L’espoir est-il permis ? Une situation qui reste toujours problématique, même si d’autres projets ont été initiés par l’Etat malien en matière d’adduction en eau potable. A l’intérieur du pays, c’est encore une autre bataille, car plus de 50% des populations n’y ont pas accès…

kayes_pont_469930874.jpg

La qualité des travaux souvent mise en cause

Au Mali, bon nombre de chantiers sont certes exécutés, mais demeurent critiquables en termes de qualité. Aussi bien à Bamako qu’à l’intérieur du pays, l’on admire ces travaux lorsqu’ils sont achevés et livrés. Mais quelque temps après, le constat est très souvent amer. Tout cela repose la question de la durabilité des travaux. La qualité est-elle vraiment de mise ? Aujourd’hui, il est prépondérant de veiller au strict respect des cahiers des charges pour la bonne exécution des travaux d’infrastructures économiques.

D’où l’interpellation des sociétés qui exécutent ces marchés acquis par appel d’offres ou de gré à gré. La responsabilité des pouvoirs publics est aussi réelle, notamment l’Agence de gestion des routes (Ageroute). Une fois de plus, le Mali doit se maintenir dans l’ère du développement durable et surtout de la recevabilité envers les contribuables. Ainsi, ceux qui exécutent mal les chantiers devront répondre de leurs actes devant les juridictions compétentes.

Assi de Diapé

Source : Le Point

0
0
0
s2smodern
powered by social2s
Nous Contactez

logoalt

BEYAZLI GROUP est une entreprise industrielle qui a commencé ces activités en 2007. Nous fabriquons des machines a briques, a pavés, Parpaings, Bordure et a Hourdis. Grace à notre main d'oeuvre professionnelle qui vise à satisfaire le client. Nous avons puis etre reconnus dans le commerce national et international...

NOUS CONTACTEZ

maps Yanlıca Mahallesi Akoluk Belediye Karşısı Trabzon / Turquie
 
telefon +90 462 321 07 78
+90 549 325 66 60 (whatsApp)
 
mail info@bessmakina.com
 
mail Lundi- Samedi
© 2018 | Tous Droits Réservés À BEYAZLI GROUP Pruva Media